Raisonnement Abstrait Explication Essay

EDIT 13/02/2018: cet article a été écrit pour aider à passer la phase 1 de l’accession au niveau A mais est valable également pour les tests génériques A, B et C (pour les niveaux B et C, j’ai tenté de mettre à jour l’article pour élargir sa portée).

Je lis régulièrement dans la presse des critiques sur les tests du Selor. Pourtant ceux-ci sont objectifs et scientifiques. Ils respectent, en tout cas, les enseignements de la psychologie du travail. Cela les rend, aussi, paradoxalement, plus facilement préparables puisque tout est standardisé. Le plus gros avantage est que chacun est traité de la même manière et que les tests sont connus à l’avance dans les grandes largeurs (et donc une préparation est bel et bien possible).

Dans le présent article, je vais simplement partager mes ressentis et mes conseils après avoir passé et réussi le test abstrait, de jugement situationnel et le bac à courrier pour le niveau A (procédure d’accession). Ces tests sont similaires à ceux utilisés pour d’autres épreuves du niveau A. Les tests Selor changeant régulièrement, ces conseils ne sont évidemment valables que pour le moment où ils ont été écrits. N’hésitez pas à signaler en commentaire les changements opérés pour prévenir les lecteurs de ceux-ci.

En lisant cet article, on devrait en tout cas logiquement être mieux préparé.

Test de raisonnement abstrait niveau A (B et C en bas d’article)

Le raisonnement abstrait B et C se trouvent tout en bas.

Le test se présente de la manière suivante :

–          deux formes imbriquées. Une grande et une petite.

–          Un ou deux dominos. Avec une partie haute et une partie basse. Un chiffre sous forme de points (comme dans un domino) dans la partie haute et basse du domino. L’absence de point peut exister et ne constitue pas, ici, un chiffre (cela aurait pu être zéro) puisqu’il ne provoque pas de changement.

–          Deux formes imbriquées changées selon les chiffres du domino.

–          Cela répété sur trois lignes

–          Enfin, à droite, deux formes imbriquées et un ou deux dominos

–          Et tout en bas, cinq solutions possibles

Les significations des chiffres peuvent être les suivantes :

–          Rond / carré : changement de forme (le 1 dans l’exemple)

–          Trait vertical (le 4 dans l’exemple)

–          Trait horizontal (le 3 dans l’exemple)

–          Changement de couleur (le 2 dans l’exemple)

–          Trait oblique descendant vers la droite (le 5 dans l’exemple)

–          Trait oblique montant vers la droite

On remarquera donc qu’il y a six significations possibles et que les chiffres dans les dominos vont de un à six.

La partie haute et basse du domino s’occupent chacun d’une des deux formes (la grande ou la petite).

Autre chose importante, il y a plusieurs « écran de base ». Les écran de base sont indiquées en haut à gauche. Série 1, 2, 3 … Tant que nous sommes dans le même, les chiffres signifient la même chose et la partie haute et basse du domino changent la même forme.

On dispose d’une feuille de brouillon. Je conseille de l’utiliser pour chaque série afin de faciliter la compréhension des énigmes. Noter 1 à 6 et la signification à côté de même que Haut et bas et l’incidence à côté.

Voici un exemple :

Dans cet exemple, la partie haut du domino modifie la petite forme. La partie basse modifie la grande forme (si vous connaissez l’un vous connaissez l’autre, cela n’arrive jamais que les deux parties modifient la même chose).

La réponse est D.

La première chose à faire est de découvrir quelle forme, la partie haute ou basse change. Et le noter. Dans les premiers exercices, il y a toujours un domino avec une partie vide. Cela permet de savoir quelle forme la partie non vide change. Une fois qu’on sait cela, c’est très facile. Il suffit simplement d’observer quel action fait chaque chiffre et le noter sur la feuille.

Ensuite, le deuxième niveau de difficulté est de ne plus avoir que des dominos complets. Ou d’avoir deux dominos côte à côte. Pour trouver si c’est la partie haute ou basse qui est modifiée, il faut aller chercher le même chiffre qui est présent deux fois en haut ou en bas. Et puis chercher les changements similaires sur la petite ou grande forme.

Quand il y a plusieurs dominos, il peut être plus difficile de trouver. C’est pour ça qu’il faut bien noter car quand on est dans le deuxième exercice de la même série, il n’y a parfois qu’un ou deux chiffres qui sont encore inconnus. Et il faut commencer par les dominos isolés (cela permet déjà souvent de trouver au moins trois ou quatre chiffres, les dominos par deux contiennent donc déjà alors des chiffres connus et il devient facile de devenir les deux derniers).

Retenez-bien : trouver quelle partie du domino modifie quelle forme. Puis compléter sur la feuille les modifications apportées par chaque chiffre. Enfin, il devient alors facile de deviner l’énigme.

A savoir qu’il arrivera qu’un même chiffre se retrouve deux fois au même endroit dans l’énigme. Il faut comprendre cela comme annulant l’action : faire puis défaire, c’est finalement ne rien changer.

Exemple, le chiffre 3 se retrouve deux fois en bas et ne change donc rien :

Le bac à courrier niveau A

Compétences évaluées :

Intégrer l’informationÉtablir des liens entre diverses données, concevoir des alternatives et tirer des conclusions adéquates.
DéciderPrendre des décisions à partir d’informations (in)complètes et initier des actions ciblées afin de mettre en œuvre les décisions.

C’est la partie la plus difficile et de loin. Difficile également de donner des conseils.

Le premier, c’est que le bac à courrier du niveau A ne ressemble pas à celui du niveau B parce que les compétences évaluées ne sont pas les mêmes. Attendez-vous donc à être perturbés si vous l’avez déjà passé.

Le deuxième, c’est que la feuille de brouillon incite à prendre des notes. Beaucoup trop de notes. Notamment parce que les explications sont hyper nombreuses. Il vaut mieux noter où retrouver les infos que les infos elles-mêmes. En effet, pour les trois tests, nous ne disposons que d’UNE seule feuille A4.

Le troisième, c’est de bien faire les choses dans la séquence demandée. C’est très important. Si c’est d’abord thème et puis importance ou vice-versa, il faut le faire. L’ordinateur enregistre en effet l’ordre dans lequel vous faites les actions. L’importance est déterminée par les tâches que vous devez réaliser. L’urgence est déterminée par les délais que vous avez et qui sont précisés dans l’introduction.

Le dernier conseil est de ne pas avoir peur de faire des choses qui paraissent bizarre ou répétitives (avoir le même thème sur 90% des courriers). Il ne faut pas non plus hésiter et il vaut mieux aller à l’instinct de manière à savoir faire tous les mails. Quitte à revenir plus tard dessus.

Pour ce bac à courrier, le thème est celui d’un centre hospitalier. L’intervenant doit surtout prendre des décisions, demander une prise de décision et transmettre des informations (beaucoup). Egalement, gérer des réunions.

Les compétences étudiées plus particulièrement sont « intégrer l’information » et « décider ». C’est important à savoir au moment de lire l’énoncé ou de traiter les mails. Elles sont différentes des compétences demandées en niveau B et C qui sont « analyser » et « résoudre des problèmes ». C’est pour ça que le bac à courriers est si différent pour le niveau A quand on a été habitué à réussir celui d’un autre niveau.

Quelque chose qui m’a perturbé est qu’on ne sait pas planifier la mise d’un point à l’ordre du jour d’une réunion en même temps qu’une réunion. Je faisais donc cette action la veille. Mais je ne sais pas si c’est la meilleure chose à faire.

Pour le bac à courrier B, c’est la situation d’un service d’Achat et logistique en une maison de repos.

Test de jugement situationnel niveau A, B et C

Compétences évaluées en niveau A (les autres niveau plus bas) :

Travailler en équipeCréer et améliorer l’esprit d’équipe en partageant ses avis et ses idées et en contribuant à la résolution de conflits entre collègues.
S’auto-développerPlanifier et gérer de manière active son propre développement en fonction de ses possibilités, intérêts et ambition, en remettant en question de façon critique son propre fonctionnement et en s’enrichissant continuellement par de nouvelles idées et approches, compétences et connaissances.
Atteindre les objectifsS’impliquer et démontrer de la volonté et de l’ambition afin de générer des résultats et assumer la responsabilité de la qualité des actions entreprises.
Agir de manière orientée serviceAccompagner des clients internes et externes de manière transparente, intègre et objective, leur fournir un service personnalisé et entretenir des contacts constructifs.
Faire preuve de fiabilitéAgir de manière intègre, conformément aux attentes de l’organisation, respecter la confidentialité et les engagements et éviter toute forme de partialité.

Le test se présente de la manière suivante : vous avez une situation qui est racontée, quatre réactions et l’obligation de coter ces réactions de – – à + +.

Exemple :

Situation

Vous avez remarqué que vos collègues trafiquaient les cartes de pointage. Un jour, l’un de ceux-ci part plus tôt et vous demande de pointer les cartes de vos collègues à sa place.

Propositions

A. Vous acceptez et promettez de ne rien dire.  – –

B. Vous ne voulez pas le faire mais promettez de ne rien en dire. +-

C. Vous dites que ça ne peut pas durer et qu’il ne faut pas le faire. Vous demandez à votre collègue de ne plus le faire. +

D. Vous refusez, demandez de ne plus le faire et vous engagez à le signaler à votre chef si vous voyez faire encore une fois. ++

C’est moi qui établit les la situation et les propositions. Mais l’idée est là. Ici, c’est la compétence intégrité qui est examinée. Pas celle du travail en équipe (je pense). Donc, ne pas hésiter à aller même plus loin de ce qu’on ferait car seule la compétence intégrité doit être prise en compte.

Si on passe ce test au « feeling », on a de bonnes chances de le réussir (entre 50 et 60%) mais j’ai déjà aussi vu des échecs un peu en dessous de 50%.

Celui qui veut, par contre, maximiser ses résultats ou ses chances de réussite doit comprendre le fonctionnement du test. Si je le comprends bien, chaque cas ne se rapporte qu’à une seule compétence. La première chose à trouver est donc la compétence étudiée (par exemple : travail en équipe). Ensuite, une fois qu’on a cette compétence en tête, il est beaucoup plus facile de savoir si la réaction proposée est adéquate ou pas.

Il est possible que ce soit plus compliqué que cela et que certaines propositions se rapportent à plusieurs compétences. En tous les cas, il faut connaitre les compétences génériques du niveau A (cf plus haut). Après, savoir où on met le curseur (+ + ou + ?) est assez subjectif et je ne sais pas comment le test donne les points (faut-il avoir exactement les mêmes réponses ?).

Pour le niveau B et le niveau C. Merci beaucoup à Sabine 🙂 qui a donné les compétences analysées en commentaires. J’ai vérifié pour le niveau C sur base du dernier examen Selor fin 2016 et elles sont les mêmes.

  • Atteindre les objectifs (S’impliquer et démontrer de la volonté et de l’ambition afin de générer des résultats et assumer la responsabilité de la qualité des actions entreprises)
  • Analyser l’information (Analyser de manière ciblée les données et juger d’un œil critique l’information)
  • Travailler en équipe (Créer et améliorer l’esprit d’équipe en partageant ses avis et ses idées et en contribuant à la résolution de conflits entre collègues.)
  • Agir de manière orientée service (Accompagner des clients internes et externes de manière transparente, intègre et objective, leur fournir un service personnalisé et entretenir des contacts constructifs)
  • Faire preuve de fiabilité (Agir de manière intègre, conformément aux attentes de l’organisation, respecter la confidentialité et les engagements et éviter toute forme de partialité)
  • S’auto-développer (Planifier et gérer de manière active son propre développement en fonction de ses possibilités, intérêts et ambition, en remettant en question de façon critique son propre fonctionnement et en s’enrichissant continuellement par de nouvelles idées et approches, compétences et connaissances)
  • Résoudre les problèmes (Traiter et résoudre les problèmes de manière autonome, chercher des alternatives et mettre en œuvre les solutions)

Raisonnement abstrait niveau B

Pour le niveau B, ce sont des « dés » qui sont utilisés. Un dé, finalement, c’est une moitié de Domino. Et le test est donc moitié moins complexe que celui du niveau A. Il ne faut pas chercher si la modification concerne la petite ou la grande forme. Il faut juste voir quelle modification effectue chaque numéro.

Suivant la difficulté, il y a entre 2 et 4 dés par ligne. (merci à Laura pour toutes les infos).

Fondamentalement, si ce n’est sur la forme, ce test ne diffère donc, semble-t-il, pas beaucoup du C. (si vous avez des infos contraires, merci de me le signaler, vu que je ne l’ai jamais fait personnellement). Je vous renvoie donc au chapitre directement ci-dessous.

Raisonnement abstrait niveau C

Le site du Selor permet de s’entrainer au raisonnement abstrait niveau C. Il se présente différemment que celui qu’on a vu plus haut :

 

Pour s’y entrainer, il faut aller sur http://www.selor.be/fr/tests/tests-sur-pc/capacit%C3%A9-de-raisonnement-abstrait/

(les réponses sont: 1. A ; 2. A ; 3. C ; 4. C ; 5. A et 6. D)

Moi, je convertis les « boutons » en des numéros, cela me parait plus facile mais chacun fait comme il veut. Le premier bouton devient donc 1, le deuxième 2, etc …

On peut être tenté d’aller chercher la signification uniquement des boutons dont on a besoin. C’est un mauvais calcul, intuitivement, j’ai l’impression qu’on se trompe plus facilement en le faisant. Le mieux est sans doute de noter tous les boutons et d’en chercher la signification puis seulement de résoudre l’énigme.

Les différentes significations, si on part de l’exemple, semblent être: couleur, taille, forme, horizontal, vertical et changement de sens des barres.

Dans l’exemple de la copie d’écran: 1: couleur; 2: sens barre; 3: taille; 4: forme.

Les changements 1 et 3 doivent être appliqués aux formes de base. Le changement 1 isole déjà D et E. Le changement 3 décide de la réponse D. En effet D a une couleur différente et une taille différente.

Pour trouver la signification des boutons, il y a plusieurs méthodes:

  • la première consiste à noter tous les changements ligne par ligne, puis chercher les changements communs pour les boutons qui s’appliquent à plusieurs lignes et déterminer les boutons restant par élimination
  • la deuxième consiste à comparer deux lignes qui ont un bouton en commun et un qui ne l’est pas. Quand on a trouvé le changement commun aux deux lignes, on a aussi trouvé le changement de l’autre bouton. Cette méthode-ci me parait plus économe au niveau de l’espace pris sur la feuille de brouillon
  • dans tous les cas, il faut noter sur la feuille de brouillon les différents boutons (1, 3, 4 par exemple) utilisés dans l’énigme et puis noter à côté une notation abrégé comme par exemple F (forme), H (horizontal), V (vertical), C (couleur), S (sens barre), T (taille). Il faut bien comprendre qu’aucun de ces exercices n’est vraiment difficile. Mais l’ennemi c’est le temps et ça demande une excellente organisation !

A suivre …

Durant les prochaines semaines, mois, je vais essayer de mettre à jour cet article, voir de proposer des exercices. Il va donc encore y avoir du changement.

 

Aide pratique

La CSC Services Publics organise régulièrement des formations pour ses affiliés, voir le site: https://csc-services-publics.csc-en-ligne.be/Formations/Formations.html

WordPress:

J'aimechargement…

Sur le même thème

par Aurian Bourguignon Catégories: Divers |

Voici le rapport d’un candidat ayant réussi le concours d’Administrateur UE que nous avons reçu il y a quelques jours (Partie 1/2)

" Je viens tout juste d’apprendre que j’ai réussi le concours 2011 d’administrateur (AD5) dans le domaine des statistiques, alors j'ai décidé de partager avec vos lecteurs mon expérience des concours EPSO. En effet, je suis particulièrement satisfait des services de votre site Internet puisque cet outil a réellement contribué à faire une différence lors de ma préparation. D’ailleurs, n’hésitez pas à utiliser mon texte ci-dessous si vous souhaitez le publier mais je vous prie de le faire sans mentionner mon nom. Ce qui me semble important, c’est en fait de partager l'information au bénéfice de tous.


Réussir un concours de l’UE ? Comment tout a commencé…

Ma première tentative au concours EPSO a eu lieu en 2006. J’ai essayé... et j’ai échoué. À ce moment là, je me suis dit « un sur un million », « loterie », « malchance », « ça arrive », « est-ce que je veux vraiment travailler dans le secteur public »... « oublie les eurocrates » ! – ou des choses comme ça. Puis faisons un bon jusqu’en 2010.

J'avais déjà déménagé à Bruxelles quand le système de sélection d'EPSO remanié a été lancé : j'ai senti que c’était en faveur de mon cursus et de mes compétences. Alors, j'ai essayé le concours dans le domaine des Affaires publiques européennes en 2010... et j’ai à nouveau échoué. Personne ne savait vraiment à quoi s'attendre, le nouveau système était un peu une surprise pour tous les candidats et je n'étais probablement pas assez bien préparé non plus.

Mais, au cours de la préparation, j'ai beaucoup appris sur moi-même et – surtout – sur la façon de naviguer dans les courants de l’« océan EPSO ». J'ai donc décidé que je n'abandonnerais à ce stade. Mais, au cours de la préparation, j'ai beaucoup appris sur moi-même et – surtout – sur la façon de naviguer dans les courants de l’« océan EPSO ». J'ai donc décidé que je n'abandonnerais à ce stade.

Mon premier succès est arrivé en 2010 quand j'ai réussi le concours pour les agents contractuels (CAST), puis que j'ai eu la chance d'obtenir un contrat assez rapidement et donc d’être employé par la Commission européenne.

En 2011, j'ai postulé littéralement pour TOUT : les concours généraux AD5/AD7 et AST, le concours d’administrateur dans le domaine de la Gestion des fonds structurels et celui de Traducteur. Cette fois-ci je n'ai pas laissé de côté la phase de préparation : je me suis entraîné intensivement. Ainsi, en 2010, j'ai été invité à 3 (!) centres d’évaluation et j'ai donc pensé que partager mon expérience aiderait les autres à réussir le concours.


Mes conseils pour réussir aux tests EPSO


I. Conseils généraux


1. Donnez-vous un essai ou un grand nombre d’essais

Évidemment, si vous ne vous donnez pas un essai, vous n'avez pas le droit de juger le système. L’inscription ou le fait de passer un concours est gratuit et cela ne coûte que le temps consacré ou celui qu’on se donne pour avoir la chance d’être sélectionné parmi les candidats qui sont recrutés à la fin. Par ailleurs, essayez tous les examens auxquels vous êtes éligible : plus vous obtiendrez d'expérience, plus vos chances seront grandes.


2. Sélectionnez votre domaine d’une manière intelligente

L'expérience montre que la grande majorité des candidats s’oriente vers le concours dans le domaine de l'administration publique européenne (APE). Mon conseil est que si vous êtes admissible à un domaine spécialisé, postulez pour celui-ci. Bien que toujours importante, vous ferez face à beaucoup moins de concurrence - donc statistiquement parlant vous êtes dans une meilleure position avant même le coup d'envoi.


II. Le test de présélection sur ordinateur


1. Soyez sérieux et persévérant

C'est une astuce simple : il suffit de ne pas abandonner ! Le faible n'est pas celui qui échoue mais celui qui ne se relève pas après coup. J'ai passé 1 heure tous les jours face à l'ordinateur pendant 3 mois entiers avant de passer mon premier concours. Pour preuve, il ne me restait pratiquement pas de questions encore non résolues dans la base de données de raisonnement abstrait.

Après un certain temps, l’entraînement a commencé à porter ses fruits. Au départ, j’atteignais la moyenne de 60 % puis, à force de travail, j'ai amélioré mes résultats pour atteindre une moyenne de 90 %. Evidemment, ces résultats coïncidaient également avec le renforcement de ma confiance.

La bonne nouvelle, c’est que plus vous pratiquez et vous vous familiarisez avec les questions, plus vous économisez du temps pour plus tard, lors de votre prochain concours. Simplement, vous n'aurez pas besoin d'autant d’investissement la prochaine fois parce que le savoir-faire vous appartient et personne ne pourra vous l'enlever.


2. Plus vous vous entraînez, meilleure sera votre connaissance de la méthode pour trouver la bonne réponse

J'ai trouvé les tests sur ce site extrêmement ressemblant à ceux d'EPSO. Après s’être exercé un grand nombre de fois, vous « ressentez » simplement ce sur quoi vous devez vous concentrer. Par exemple, en ce qui concerne le raisonnement numérique, vous vous apercevrez immédiatement ce sur quoi vous devrez mettre l’accent, vous ne ferez pas d’erreurs stupides et avant tout, vous serez en mesure d'accomplir les exercices dans les délais impartis.

Idem pour le raisonnement verbal. Comme il y a une explication après chaque erreur, vous serez en mesure de comprendre la chose la plus importante dont vous aurez besoin : l’approche dont vous devrez disposer pour en tirer profit lors du concours.

Je dois cependant mentionner que mon point de vue et mon expérience personnels appellent à un certain scepticisme à l’égard des tests de raisonnement verbal qui ne sont pas réalisés en anglais. Ma langue maternelle n'est pas l'anglais, mais, à force de m’entraîner, j'ai réussi à atteindre une moyenne de 90 % dans le domaine du raisonnement verbal en anglais.

Toutefois, lors des derniers concours où l'on pouvait utiliser n'importe quelle langue officielle de l'UE, j'ai vu une baisse de mes résultats. Ensemble, avec les nombreux autres candidats au concours, nous étions d’accord sur le fait que ce n'était notre niveau qui avait baissé dans l'intervalle, mais que la traduction des textes anglais vers d'autres langues, de la part d’EPSO (ou de ses prestataires), n'était pas satisfaisante. Et ici nous parlons des plus fines nuances d'une langue. Je suis clairement favorable à une vérification approfondie de la qualité des traductions des textes par EPSO... ou tout simplement, cher EPSO, élaborez de nouveaux textes, mais ne les traduisez pas !


3. Essayez de mémoriser et listez les questions types classiques


En ce qui concerne les tests de raisonnement numérique et abstrait, selon mon expérience, il n’y a pas plus de 20 à 30 types de questions. En vous entraînant, vous apprenez ces "squelettes" et ratez beaucoup-beaucoup moins.


4. Si vous pensez en avoir besoin, participez au cours de préparation


Bien que de mon côté je n'ai participé à aucun des cours en classe, car j’ai estimé pouvoir m’en passer, j’ai quand même suivi les webinaires d’Online EU Training. Je pense qu'une fois que vous pratiquez en ligne, les cours hors lignes semblent comme au ralenti. Ils sont bons pour les débutants, mais moins pratiques pour les « avancés ».


5. Ayez un vrai jour de repos avant le concours

C’est peut-être un peu répétitif et vous avez certainement déjà entendu cela de la part de nombreux conseillers, mais prenez vraiment ce conseil au sérieux. Ne vous couchez pas trop tard la veille du concours et le jour J, ne pensez même plus à vous entraîner. Je me suis toujours « forcé » à être détendu, même si ce n’est pas aussi facile à faire que cela puisse paraître. La détente est déjà un soulagement après beaucoup de préparation ... et pour ceux qui n'ont pas fait leurs exercices : vous n'avez plus rien à perdre.


La suite sur le Centre d’évaluation au prochain Trucs&Astuces ...

0 thoughts on “Raisonnement Abstrait Explication Essay”

    -->

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *